Rencontre : Ferme Bio d'Escopty

Publié le par Sébastien

Tanguy
Tanguy

Notre première rencontre....et très intéressante de surcroît.

A l'origine, nous avions une info d'un producteur de plans de tomates et autres sur Coat-Méal. On a donc cherché les producteurs, maraîchers et avons trouvé Tanguy de la Ferme Bio d'Escopty. Impossible de trouver son numéro de téléphone alors on est parti au pifomètre.....

Arrivé sur place, on a été amicalement accueilli et avons eu le droit une visite complète de l'exploitation de 1,25 Ha en maraîchage.

Nous découvrons un joli terrain visiblement bien utilisé car toute la place est occupée. 4 ou 5 serres de production bien remplies aussi. Tanguy est peu mécanisé. Il dispose d'un petit tracteur qu'il n'utilise pas beaucoup.

Il a choisi de travailler en zones larges, semés ou plantés assez traditionnellement. Il n'y a pas de planches permanentes, Tanguy re-prépare les zones après chaque récolte, c'est là que son tracteur intervient.

Sous ses serres, nous découvrons une belle production de tomates et de poivrons. Il nous offre d'ailleurs quelques plants de Tomates dont nous allons prendre soin.

Une très belle installation pour l'irrigation est juste derrière ses serres. Une pompe et une très grosse cuve lui permettent de bien arroser dans ses serres.

Une autre serre, plus petite, lui sert de zone de préparation de semis, de stockage, etc...

Enfin, il dispose de 2 autres parcelles qu'il est en train de préparer pour plus tard dont une où sont mis à brouter ses chèvres et ânes.

Tanguy n'est pas avare de renseignements et nous montre les moindres recoins de son lieu. Tout ce qu'il utilise comme intrants, etc...

Tanguy fait donc du maraîchage sur une petite surface. Il fait plus que du Bio, car il va bien plus loin que le simple respect du cahier des charges du label bio. Il fait de la vente directe via son réseau de clients qu'il informe chaque semaine sur les légumes disponibles pour la fin de semaine. Il n'adhère pas trop au concept de l'AMAP qu'il lui "imposerai" de produire des quantités définies de légumes.

Au bout de 2 ans d'installation, il arrive à se dégager un petit SMIC, ce qui est plutôt bien.

Cette rencontre fut très encourageante pour nous, Tanguy a d'ailleurs trouvé notre démarche de venir le rencontrer très bonne, ce qui nous a motivé a vouloir rencontrer d'autres maraichers......La suite nous/vous le dira...;

Publié dans Rencontres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article